La vénus Hottentote

Publié le par litso-510511.over-blog.com

Emouvant & Humiliant

(article en cours)

 

 

 

La Vénus Noire

Un film d'Abdeltif Kechiche - 2h39.

 

La vénus noire, passe d'abord pour une sauvage dans un spectacle en Angleterre, mais dans la suite de l'histoire, elle se retrouve en France. Pendant ces cinq ans qui sont montrés et imaginés dans le film, on voit la viit de Saartjie Baartmann s'éffondrer, il y a une dégradation de sa dignité : plus le film avance, plus il nous dégoute.

La façon dont le réalisateur filme, et ce ressassement des scènes violentes et humiliantes (les spectacles sont de plus en plus dégoutants,elle est soumise, elle n'est pas elle même, elle joue un rôle et elle se fait toucher, à la fin quand elle devient prostituée, et les autres spectacles dans le salon de libertin et qu'on voit les scènes, qu'elle tousse) , il cherche à nous lasser, à nous repousser, mais nous fait encore plus rentrer dans son histoire. Même si il ne sait pas ce qui c'est vraiment passé, (on ne sait pas si elle à vraiment été prostituée, si elle ressenter les émotions qu'il nous transmet dans le film, si elle buvait autant, si ... ) il rajoute des scènes qui nous donne de la pitier pour Saartjie Baartmann, on s'attache petit à petit à son personnage. On remarque aussi comment étaient traitées les femmes à cette époque et comment les corps des femmes noires pouvaient intérrésser les hommes à travers un désir sexuel, mais aussi les femmes (salon libertin).

 

"L'autre est un monstre, l'Autre est un sauvage" ... 

 

 

Marine F.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe D. 12/12/2010 20:27


Tu as raison, le réalisateur de part sa façon de filmer veut nous rendre ces scènes insupportables, la répétition et la dégradation de l'état de cette femme nous sont montrés de façon brutale, nous
avons l'impression m^me d'en être complice! C'est pour cela que ce film est sévèrement critiqué par certains, le réalisateur prendrait-il presque plaisir à nous faire culpabiliser? A chacun d'en
juger! C'est aussi la force du cinéma que de pouvoir faire ressentir cela, non?