Lundi 6 décembre 1 06 /12 /Déc 10:55

Le mouvement de la négritude, est un mouvement à la fois littéraire et politique, il dénnonce le colonialisme et qui rejette la domination occidentale . Ce mouvement à été fondé à Paris dans les années 1930 rassemblé par des étudiants noirs francophones, tel que  Aimé Césaire, Léopold Senghor, et Léon Damas. C’est à travers la littérature que Césaire et Senghor commencent à trouver leurs voix politiques, et chacun joue un rôle important dans sa région à la suite de la décolonisation . Voici quelques oeuvres qui ont été ecrit par Aimé Césaire : "Cahier d'un retour au pays natal" ,parut en Afrique en 1993 ou encore, " Discours du colonialisme", parut en 1989 en Afrique. D'après Senghor, la négritude est « l'ensemble des valeurs culturelles de l'Afrique noire ». Selon Senghor: « La négritude est un fait, une culture est l'ensemble des valeurs économiques, politiques, intellectuelles, morales, artistiques et sociales des peuples d'Afrique et des minorités noires d'Amérique, d'Asie et d'Océanie. » Pour Césaire, « ce mot désigne en premier lieu le rejet.

 

                                

 

                                                    Aimé Cesaire (image google)

 

 

 

 

Léopold Sédar Senghor poète, écrivain et homme politique sénégalais, né le 9 octobre 1906, a Joal, au Sénégal, mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France. C'était le premier président du Sénégal. Il est l'auteur du poème "A mon frére blanc "

 

 

 

 

                                               

 

                                                      Leopold Sedar Senghor  (image google)

 

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j'étais noir,
Quand j'ai grandi, j'étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,
Qui est l'homme de couleur ?

 



 

Léopold SEDAR SENGHO
 
   Par ce poème, Leopold veut faire passer un message, il nour montre par plusieurs moyens que les hommes de couleurs ne sont pas ceux que l'on crois, car comme il nous le montre, les blancs suivant leur humeur ou les températures, changent de couleur de peau, tandis que les noirs, eux restent toujours noirs. Il prouve donc d'une certaine manière que ce ne sont pas les noirs les hommes de couleur !  
Par litso-510511.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés